Hygiène au dojo

L’étiquette est un ensemble de règles de politesse, de bienséance destinées à préserver les relations en société.  Dans l’Aïkido, j’ai longtemps pensé qu’il s’agissait de rituels comme le salut en rentrant dans le Dojo ou la manière de positionner ses zoris en montant sur le tapis.

Avec les années de pratique j’ai découvert qu’il y a d’autres aspects et je voudrais vous parler aujourd’hui de l’hygiène corporelle.

  • Les mains : elles doivent être lavées, les ongles coupés et nettoyés. La coupe des ongles est primordiale pour deux raisons. D’abord cela évite de ses blesser lors des saisies dans le kimino et plus particulièrement sur katadori et ushiro ryo katadori. Egalement cela évite les griffures de aïte. Personnellement je me suis fait déchirer la cornée d’un œil pendant un entrainement et j’ai fini à l’hôpital.

Si mon souvenir est exacte, Toshiro me racontais un jour que lorsqu’il était plus jeune les entrainements étaient beaucoup plus martiaux qu’aujourd’hui et en particulier au japon. Il ne pouvait pas avoir plus d’un ou deux millimètres d’ongles sous peine de blessures régulières avec des ongles et des morceaux de peau arrachés.

  • Les pieds : qu’ils soient enfermés dans des chaussures et des chaussettes ou dans des savates, les pieds sont souvent sales lorsque nous arrivons au DOJO. Il est important de les laver avant de monter sur le tapis.

De plus les ongles doivent être bien taillés et ce pour les mêmes raisons que celles des mains, d’autant plus que les ongles des pieds sont beaucoup plus durs que ceux des mains.

  • Les cheveux : ils doivent être propres et attachés lorsqu’ils sont longs. Cela la évite la transmission des parasites, permet une bonne vision et évite le tirage de cheveux. C’est toujours gênant lorsque l’on ne pas faire une immobilisation au sol naturelle pour éviter de poser le genou sur les cheveux de aïte. De plus pour ma part il est toujours très tentant de terminer un iriminage par la tenue des cheveux. Oui j’ai un petit coté sadique !
  • Les odeurs : nous avons déjà passé en revue l’hygiène des pieds, mais je n’ai pas abordé la problématique de l’odeur. Hier je suis allé chercher ma fille à la boxe. Lorsque je suis rentré dans la salle, l’odeur était tellement forte que ça piquait les narines.

Bien sûr les autres odeurs corporelles peuvent être très désagréables et tout particulièrement celles provenant des aisselles et de la bouche. Quand j’étais tout jeune, je pratiquais avec des adultes qui devaient beaucoup aimer le saucisson à l’ail. Je vous laisse imaginer la gêne pour moi !

Il est donc important pour le confort de vos partenaires de prendre soin de sentir bon. Bien sûr nous ne sommes pas là pour séduire, il ne s’agit pas de se parfumer, d’autant qu’à l’entrainement cela peut être désagréable. Il suffit de se nettoyer les zones sensibles avant la pratique.

Pour ma part, j’ai dans mon sac un paquet de lingettes qui me permet de me rafraîchir quand je me change. Croyez-moi c’est très agréable après une grosse journée de travail.

La propreté de la tenue est elle aussi primordiale.

La tenue absorbant la transpiration, elle doit être lavée régulièrement. Bien sûr nous ne transpirons pas tous autant. Certains pratiquent dans des zones géographiques ou la chaleur ambiante fait transpirer rien que de cligner des paupières. Certains font 10 mouvements pendant que d’autres en font deux. Enfin la nature n’étant pas égale avec les Hommes, nous n’avons pas tous le même taux de sudation pour le même effort dans les mêmes conditions.

La fréquence de nettoyage de votre tenue varie donc en fonction à minima de votre taux de sudation. Ce qui est important c’est que votre tenue soit dépourvue d’odeur à part celle de la lessive ou de l’assouplissant et également qu’elle ait sa couleur d’origine, tous les hakama ne sont pas noirs.

Egalement tout doit être lavé et pas seulement la veste du kimono. Toutes les parties du corps transpirent. Le pantalon du kimono absorbe, tandis que le hakama nettoie le tapis. Lors d’entrainements intenses, les hakamas et les ceintures, absorbent également l’humidité dégagée par le corps. Il est donc important de les laver régulièrement.

Un autre point très important est de tout sortir de votre sac dès que vous arrivez chez vous. Les éléments de la tenue qui ne sont lavés devront être aérés afin de garantir leur fraicheur.

Il faudra aussi penser à aérer, nettoyer et désinfecter votre sac très régulièrement.

Pour finir, faisons un petit retour aux sources chez les samouraïs.

Lorsqu’ils allaient au champ de bataille, les samouraïs veillaient à avoir une tenue impeccable en tous points. Les kimonos, les fundoshi (souvêtement) qu’ils portaient sous leur hakama, tout était impeccable de propreté. Le Japon depuis les temps anciens, et c’est encore vrai aujourd’hui est le pays de l’Honneur. Dans le contexte de la guerre il ne fallait pas ajouter à la défaite le déshonneur d’être sale.

La propreté fait partie de l’attitude, je prends soin de moi, je me respecte et je respecte mes partenaires d’entrainement.

Je profite de l’occasion pour faire un clin d’oeil à mes amis d’Abidjan et de Dakar qui pour moi sont particulièrement exemplaires en la matière. Malgré un environnement plutôt propice à la transpiration et des poussières ambiantes plus que présentes, les kaïkogi sont toujours impeccables et je n’ai jamais été gêné par l’odeur de personne.

Le problème est peut être plus français. Savez-vous que pour les Sud américains les français sont sales et sentent mauvais ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s