Le bavardage ennemi du progrès

La durée moyenne d’un cours est de 1h30, hors stages. En tout cas ici en France !

15 à 20 minutes en début de séance sont réservées à la détente et à l’échauffement. Généralement 5min sont consacrées au retour au calme en fin de cours.

Au final, à quelques minutes près, nous n’avons qu’une heure pour travailler. Je ne tiens pas compte du temps ou assis en seiza nous observons et écoutons le professeur, car c’est un moment d’apprentissage.

Je constate perpétuellement, que la majorité des élèves passent plus de temps à bavarder qu’à pratiquer.

L’Aikido est une discipline dont l’apprentissage passe par l’expérience du corps.

En bavardant les élèves ne fortifient pas leur organisme, ils ne développent pas leur capacité à ressentir ce qu’il se passe en eux et au-delà d’eux. Ils n’automatisent pas les gestes, qui a force de travail deviennent des réflexes inconscients.

Toshiro à l’habitude de faire le parallèle avec le jeune enfant qui apprend à se servir d’une fourchette. Croyez-vous que les explications théoriques et répétées des parents permettent à l’enfant d’acquérir le geste juste plus rapidement ? Non, bien sûr !

Avez-vous remarqué à quel point c’est difficile à apprendre ? Qu’en est-il après 15 ans de pratique ? Lequel d’entre nous doit réfléchir en tenant sa fourchette pour la mettre dans sa bouche sans se piquer le visage ?

Il en est de même en Aikido. Il faut pratiquer, pratiquer et pratiquer encore pour arriver à ce niveau de maîtrise jusqu’à ce que le corps soit capable de fonctionner en pilote automatique.

Pour finir, je voudrais rappeler que c’est la responsabilités des Sampai, les ainés, de monter l’exemple aux kohaï.

Alors, bonne pratique à tous !

Publicités

2 réflexions sur « Le bavardage ennemi du progrès »

  1. des cours de 1h30, sont rares. la moyenne est plutôt de 1h.
    le temps perdu est de la responsabilité de chacun selon moi, les 1er sont ceux qui parlent, ensuite les senpai et enfin l’enseignant en dernier recours.
    « c’est en forgeant qu’on devient forgeron »
    cela dit il peut y avoir des gens qui ne viennent pas pour progresser mais pour se détendre avec des « amis », les deux ne semblent pas incompatibles. pour ma part c’est compréhensible mais pas acceptable (mon côté passionné).
    Sur un plan purement matérialiste: payer une inscription dans un dojo pour parler j’ai du mal à comprendre, de plus est il nécessaire d’avoir un enseignant pour cela…
    A bon entendeur ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s